Déplacement dérogatoire

Olivier Génot

Restez chez vous ! Lavez-
vous bien, cherchez la
petite bête. Bien. L’avez-
vous là ?
Mon œil, hasarde en coin l’écureuil.
Carrément fanfaronronne le héron juché sur moi ;

 

et, coule l’eau que remontent les poissons et, chante l’air que lézardent les oiseaux et danse la lumière du matin au soir.
Brise-bise.

 

Applaudissez ! Lavez-vous bien !
Dehors, la faune à peine s’effleure. T’as
raison s’émeut la tortue,
Mon corps meurt
mais mon cœur n’est pas mort, vous
permettez ?
Je rêve dedans que j’hiberne sous toi.

 

(03/20)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *